Apnée du sommeil : attention au risque de diabète !

Contenu publié le : 09.03.2022 et modifié le: 28.12.2022
Auteur du texte: L'équipe SleepDoctor
Si vous souffrez de troubles du sommeil, vous êtes plus susceptible de développer un diabète de type 2. Toutes nos explications et nos solutions.

Vous avez un bon coup de fourchette et ne dormez pas très bien la nuit ? Alors cet article est pour vous. En effet, le sommeil est indispensable à un bon équilibre métabolique. Les troubles du sommeil constituent un facteur reconnu de risque de diabète de type 2, en favorisant l’insulino-résistance et l’intolérance au glucose. Ainsi, les patients souffrant d’apnée du sommeil sont plus à risque de développer un diabète (de type 2), y compris en absence de tout surpoids [1].

Pas de parité pour l’apnée

L’apnée du sommeil, ce terme mystérieux qui évoque une plongée sans bouteille d’oxygène dans les bras de Morphée, est beaucoup plus courante qu’on ne le croit. Ce syndrome touche près de 5 % des Français. Dans leur grande majorité, ils souffrent d’apnées-hypopnées du sommeil (SAHOS) [2], [3], qui se caractérisent par des arrêts involontaires de la respiration pendant la nuit.
L’apnée du sommeil est un syndrome qui touche plutôt les hommes. D’après l’Inserm, le SAHOS est deux fois plus fréquent au sein de la population masculine qu’au sein de la population féminine. Ce syndrome est associé au surpoids, premier facteur de risque de SAHOS. Le diabète de type 2 est, lui, beaucoup plus égalitaire. Il touche près de quatre millions de personne en France, hommes et femmes confondus [4].

Il est souvent confondu avec le diabète de type 1 (une maladie auto-immune rare atteignant en majorité enfants et adolescents et s’attaquant aux cellules du pancréas), à tort car celui qui nous intéresse ici peut être évité, contrairement à son faux jumeau.
Un cercle vicieux
Les liens entre trouble du sommeil et diabète sont étroits. Près de 30 % des sujets porteurs d’un SAHOS présentent un diabète 2 (DT2). Et le risque de développer un SAHOS est accru chez les patients diabétiques, de 20 % à 50 % selon les cohortes de patients. Il est augmenté à 86 % chez les patients diabétiques souffrant en plus d’obésité [5].

En outre, il existe une corrélation entre la sévérité de l’apnée du sommeil dont souffre le patient et son niveau d’équilibre glycémique. Plus l’apnée du sommeil est importante, moins le contrôle de la glycémie est effectif, et ce indépendamment de l’indice de masse corporelle (IMC) du patient [6].
La bonne nouvelle est
qu'il est facile d'éviter de telles complications

Commencez votre parcours de santé maintenant ->

Des diagnostics retardés

Comme le diabète de type 2, l’apnée du sommeil non prise en charge correctement expose les patients concernés à un grand nombre de complications. Or ces deux pathologies sont souvent ignorées des principaux concernés. Les retards de diagnostics en matière de diabète 2 sont la norme et se chiffrent en années. Cette maladie silencieuse évolue à bas bruit et fait de sournois dégâts. L’apnée du sommeil est aussi sous-diagnostiquée : si 4,9 % des adultes en France déclarent souffrir de ce syndrome, seuls 2,4 % ont reçu un diagnostic de SAHOS. Et seulement 15 % d’entre eux ont pu bénéficier d’un enregistrement du sommeil afin d’objectiver leurs difficultés [7].

Ces pathologies partagent un facteur de risque commun : un IMC élevé. En outre, elles entraînent des complications communes, comme les maladies cardio-vasculaires.

Les solutions

Ce constat n’est pas une fatalité. Vous pouvez redresser la barre ! Ainsi, pour les patients souffrant d’apnée plus sévère, le traitement par pression positive continue (PPP) diminue le risque de développer un diabète 2 [8]. Pour accéder à ces traitements, vous devez d’abord recevoir un diagnostic de SAHOS. Alors si vous souffrez de troubles du sommeil ou si vous avez des doutes sur votre équilibre glycémique, n’attendez plus pour en avoir le cœur net. Faites notre test.
Chez Sleep Doctor, nous avons développé un parcours médical optimal pour vous aider à repérer, évaluer et traiter vos troubles du sommeil. Commencez notre test de dépistage de l’apnée du sommeil en 2 minutes.

[1] Obstructive sleep apnea as a risk factor of type 2 diabete, Botros N et al., The American Journal of Medicine n° 122 (2009), pp.1122-1127
[2] 4,9 % des personnes déclarent souffrir d’un SE-SAHOS, Le Syndrome d’apnée du sommeil en France : un syndrome fréquent et sous-diagnostiqué, C. Furhman et al., BEH n° 44-45 (20 novembre 2012), p. 511
[3] L’apnée obstructive du sommeil (SAOS) constituent la très grande majorité des apnées du sommeil, loin devant l’apnée centrale du sommeil (ACS)
[4] Patients identifiés par l’assurance maladie en 2019, chiffres du ministère de la Santé et de la Prévention
[5] Obstructive sleep apnea among obese patients with type 2 diabete, Foster G.D. et al., Diabetes Care n° 32 (juin 2009), pp.1017-1019
[6] Impact of untreatedobstructive sleep apnea on glucose contrôle in type 2 diabetes Aronsohn R.,S. et al., American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine n° 181 (2010), pp. 507-513
[7] Les syndromes d’apnée du sommeil en France, un syndrome fréquent et sous-diagnostiqué, Furhman C. et al., BEH n° 44-45 (20 novembre 2012), pp.510-514
[8] Obstructive sleep apnea among obese patients with type 2 diabete, Foster G.D. et al., Diabetes Care n° 32 (juin 2009), pp.1017-1019