Diabète et Apnée du sommeil : des pathologies liées

09.03.2022
Si le diabète et l'apnée du sommeil sont des pathologies distinctes, ces troubles peuvent chacun être diagnostiqués en tant que conséquence ou cause de l'autre. En effet, une mauvaise qualité de sommeil influe sur l'équilibre glycémique de votre corps, et inversement. Il est donc fréquent que l'examen de dépistage du diabète ou de l'apnée du sommeil s'effectue à la suite d'un premier diagnostic établi pour l'autre pathologie. Nous vous expliquons ici le lien étroit entre ces maladies, ainsi que les symptômes.
La bonne nouvelle est
qu'il est facile d'éviter de telles complications

Commencez votre parcours de diagnostic maintenant ->

Deux pathologies distinctes qui touchent de nombreux Français

Afin de comprendre la corrélation possible entre diabète et syndrome de l'apnée du sommeil, il est important de définir chacune de ces pathologies.
Apnée du sommeil
Parfois appelé Syndrome d'Apnées-Hypopnées Obstructives (SAHOS), l'apnée du sommeil se caractérise par des interruptions plus ou moins fréquentes de la respiration d'une durée variant de 10 à 30 secondes en moyenne. En France, près de 4 millions de personnes souffrent ainsi de plusieurs micro-réveils chaque nuit, au moment où le corps en manque d'oxygène impose la reprise du souffle. Les cycles du sommeil sont alors profondément perturbés et une apnée non traitée peut impliquer des conséquences lourdes sur la santé du patient selon la sévérité de son syndrome.

Lors du diagnostic, le médecin spécialisé définit l'IAH (Indice Apnées Hypopnées) du patient, soit le nombre de pauses respiratoires comptabilisées sur une heure de sommeil. On observe ainsi trois degrés de la pathologie :

● syndrome léger : entre 5 et 15 apnées par heure
● syndrome modéré : entre 16 et 30 apnées par heure
● syndrome sévère : plus de 30 apnées par heure

Les patients souffrant d'obésité ou de diabète sont davantage enclins à développer une apnée du sommeil et davantage enclins à présenter des symptômes sévères.

Diabète

Le diabète est diagnostiqué lorsque la présence d'un excès de sucre dans le sang est observé de façon chronique. Lorsque le fonctionnement métabolique est normal, l'insuline fabriquée par le pancréas veille à maintenir un taux de glycémie correspondant en moyenne à 1 g/l. Cette hormone naturelle favorise également le stockage du sucre ou son utilisation par les cellules. Ces dernières peuvent ainsi répondre à des besoins musculaires à l'occasion d'un effort physique par exemple. Lorsque l'insuline ne remplit pas ses rôles, on observe alors une augmentation excessive de la glycémie dans le sang. Une hyperglycémie maintenue révèle alors un caractère chronique qui définit le diabète.

Cette pathologie touche plus de 5 millions de personnes en France et implique des conséquences graves sur la santé des patients en l'absence d'un traitement adapté. Selon la cause du dérèglement de l'insuline, on caractérise alors deux types de diabète :

● Diabète de type I : le pancréas ne sécrète pas d'insuline
● Diabète de type II : le pancréas sécrète de l'insuline, mais cette hormone régule avec moins d'efficacité le taux de sucre dans le sang. Petit à petit, le pancréas s'épuise à sécréter des quantités croissantes d'insuline

Là encore des prédispositions héréditaires ou des facteurs aggravants peuvent être responsables de la gravité de la pathologie dont souffre le patient.

Une prévalence croisée régulièrement observée

Les symptômes de l'apnée du sommeil peuvent créer des conditions propices au développement d'un diabète chez le patient. Dans le cas de ces pathologies, l'inverse est également observé et implique une prévalence croisée importante qui ne doit pas être négligée au moment du diagnostic.

L'apnée du sommeil : une cause possible du diabète

Durant les phases de sommeil, les cellules adipeuses du corps sécrètent une hormone anorexigène, la leptine, qui diminue l'appétit en stoppant la sensation de faim. Lorsque des troubles du sommeil réguliers apparaissent, avec une diminution de la qualité des temps de repos, la production de cette hormone est modifiée et génère alors un appétit plus important durant la journée. De plus, un manque de sommeil récupérateur provoque une dérégulation du métabolisme glucidique. On observe alors une baisse de 30% de la quantité d'insuline et un réel ralentissement de son action dans la gestion du taux de sucre dans le sang.

Alors que les cycles de votre sommeil sont perturbés par une apnée régulière, les conséquences de votre syndrome constituent un environnement propice à l'apparition du diabète, ou à son aggravation dans le cas d'une pathologie déjà présente. La manifestation des premiers symptômes du SAHOS doit donc rapidement attirer votre attention afin de limiter les risques pour votre santé au quotidien.

Le diabète : un facteur à considérer dans le diagnostic du SAHOS

Lors d'un dépistage pour une apnée du sommeil, il est important de ne pas négliger les conséquences de votre diabète sur la qualité de vos nuits. En effet, cette pathologie implique des troubles de la régulation glycémique qui peuvent être à l'origine d'insomnies ou de réveils nocturnes. Ces derniers s'expliquent par les variations rapides de votre niveau de glucose dans le sang. De plus, certaines complications du diabète telles que la polyurie ou les douleurs musculo-squelettiques peuvent également favoriser des réveils réguliers au cours de la nuit.

Votre taux glycémique instable est alors rapidement la cause de troubles du sommeil importants et peut aggraver les manifestations d'un syndrome SAHOS. Si les symptômes de ces deux pathologies doivent être analysés distinctement au moment du diagnostic, ils sont donc à prendre en compte pour une prise en charge optimale du patient et la mise en place d'un traitement adapté.

Cela vous parle ?

Décrivez vos symptômes à un médecin du sommeil en vidéo

Sleep Doctor : un diagnostic rapide et fiable pour vous soulager

Si vous suspectez une apnée du sommeil, il est important de ne pas minimiser la gravité des symptômes. En effet, même si vous estimez qu'il ne s'agit que de ronflements et de réveils nocturnes, le syndrome SAHOS représente un réel risque pour votre santé avec notamment des troubles cardiaques tels que l'hypertension artérielle ou les AVC. Dans le cas d'un diabète de type I ou II, les conséquences peuvent encore s'alourdir et nécessitent la mise en place d'un traitement adapté dans les meilleurs délais. Toutefois, le parcours de soin classique s'avère généralement fastidieux avec un délai pouvant aller de 3 à 6 mois pour votre diagnostic.

Conscient de la nécessité d'une prise en charge plus rapide, Sleep Doctor a développé une plateforme dédiée aux patients suspectant une apnée du sommeil. Vous profitez alors de démarches simplifiées et rapides pour obtenir votre diagnostic :

● Vous remplissez un premier questionnaire en ligne afin de déterminer les troubles dont vous souffrez durant votre sommeil, mais aussi les éventuels facteurs aggravants de votre profil dont fait partie le diabète.
● Vous réalisez une téléconsultation avec un médecin du sommeil Sleep Doctor dans les 24 heures suivant votre réponse au questionnaire.
● Si le médecin vous prescrit une polygraphie ventilatoire nocturne, un technicien SleepDoctor se déplace à votre domicile pour vous aider à installer l'appareil. Cet équipement vous permet de réaliser un bilan du sommeil chez vous en analysant vos mouvements respiratoires, ainsi que la saturation en oxygène dans votre sang sur une durée de 6 heures.
● Lors d'une seconde téléconsultation, le médecin vous livre un compte-rendu des résultats de cet examen et vous propose, le cas échéant, le traitement le plus adapté.

Si vous souffrez d'un diabète à l'origine de votre SAHOS, ou responsable de son aggravation, un traitement parallèle devra également être établi. De cette façon, vous pourrez éventuellement limiter les symptômes de votre apnée du sommeil, mais aussi réduire les risques liés à cette pathologie.